ICL MEDIA REVIEW: 4 – 10 MARS 2019

Le Bureau du Procureur de la CPI reçoit une communication au titre de l'article 15 au nom des victimes syriennes expulsées vers la Jordanie: le 7 mars 2019, le Bureau du Procureur de la CPI a reçu une communication présentée en vertu de l'article 15 du Statut de Rome au nom de 28 victimes syriennes qui ont été expulsées en Jordanie.  La communication alléguait les crimes contre l'humanité d'expulsion au titre de l'article 7, paragraphe 1, point d), de persécution au titre de l'article 7, paragraphe 1, point h), et les "autres actes inhumains" au titre de l'article 7, paragraphe 1, point k).  La communication répondait au précédent établi par la Chambre préliminaire dans sa décision concernant les crimes commis contre les musulmans rohingyas, qui a estimé que pour le crime contre l'humanité que constitue l'expulsion, la Cour pouvait exercer sa compétence si un élément du crime est commis sur le territoire de l'État partie au Statut de Rome.  Dans la décision de compétence du Rohingya, la Cour a estimé que, parce que les victimes avaient été expulsées du Myanmar (qui n'était pas partie au Statut) vers le Bangladesh (un État Partie), cette compétence pouvait être exercée et que la logique de cette décision pouvait s'appliquer à d'autres crimes contre l'humanité tels que la persécution et " autres actes inhumains ".  La communication affirme que le même raisonnement s'applique aux crimes commis contre les victimes en Syrie qui ont été forcées de fuir la Syrie en raison d'"actes coercitifs" commis par les forces du gouvernement syrien, tels que bombardements, meurtres, tortures, abus, disparitions, arrestations et détentions arbitraires, qui ont obligé les victimes à s'échapper.  La communication demandait au Bureau du Procureur d'ouvrir un examen préliminaire dès que possible et d'enquêter sur les crimes allégués et d'engager des poursuites. (BBCMiddle East Monitor)

L'Allemagne demande à la Jordanie d'extrader le chef de la Direction du renseignement de l'armée de l'air syrienne sur la base d'un mandat délivré pour crime contre l’humanité: l'Allemagne aurait demandé au Liban l'extradition du chef de la Direction du renseignement de l'armée de l'air, le général Jamil Hassan, qui est recherché pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, en réponse à une plainte déposée par les réfugiés syriens en Allemagne. Des milliers de Syriens auraient été torturés dans des centres de détention sous le contrôle direct du général Hassan, qui est le chef du renseignement le plus ancien de Syrie et considéré comme l'un des plus puissants fonctionnaires du pays. Bien qu'il n'y ait pas de confirmation officielle, il a été signalé que le général Hassan était au Liban pour y recevoir des soins médicaux sous la protection du Hezbollah. L'Allemagne n'a pas non plus confirmé officiellement la demande d'extradition et le Ministère libanais de l'intérieur a nié avoir reçu d'Interpol la moindre notification concernant l'arrestation du général. (Al Jazeera)

La Cour fédérale américaine autorise les victimes d'Abu Ghraib à intenter une action en justice contre un entrepreneur militaire privé pour torture: Le 30 juin 2008, une action fédérale a été intentée dans le district oriental de Virginie en 2008 au nom de quatre Iraquiens victimes de torture à la prison d'Abu Ghraib contre l'entreprise publique américaine CACI International Inc. et CACI Premier Technology, Inc, qui a fourni des services d'interrogatoire (Al Shimari v CACI). La poursuite a été intentée en vertu du Alien Tort Statute (ATS) et de la compétence fédérale en la matière, dans le but d'obtenir des dommages-intérêts compensatoires et punitifs. L'action en justice affirmait que le CACI avait dirigé et participé à un comportement illégal à la prison d'Abu Ghraib en Irak et citait des allégations de violations du droit américain et international. Il s'agit notamment de la torture, des traitements cruels, inhumains ou dégradants, des coups et blessures pour crimes de guerre, des agressions sexuelles, de l'infliction intentionnelle de détresse psychologique, de l'embauche et de la supervision négligentes et de l'infliction négligente de détresse psychologique.   En juin 2013, l'affaire a été rejetée par le tribunal de district au motif que les faits à l'origine des actions en responsabilité délictuelle s'étaient produits exclusivement en Iraq, qui était un souverain étranger. Cette décision se fondait sur l'arrêt de la Cour suprême des États-Unis dans l'affaire Kiobel c. Royal Dutch Petroleum, mais une formation unanime de la Cour d'appel du quatrième circuit a rétabli l'affaire en juin 2014, estimant qu'elle avait convaincu Kiobel que l'objet de l'affaire "touche et concerne" les États-Unis. En juin 2017, la Cour a affirmé que les crimes de guerre, la torture et les traitements cruels, inhumains et dégradants étaient tous des normes bien reconnues et définissables qui relevaient de la compétence de la Cour en vertu du Alien Tort Statute et, en février 2018, un juge fédéral a jugé que le traitement des demandeurs constituait de la torture, des crimes de guerre et un traitement cruel, inhumain et dégradant et que le procès pouvait se poursuivre. Plus récemment, le 27 février 2019, le Centre pour les droits constitutionnels, partie à l'action, a indiqué qu'un juge fédéral de la Cour d'appel du quatrième circuit avait une fois de plus refusé de rejeter l'action en justice et que le procès devait finalement commencer le 23 avril 2019. (Center for Constitutional Rights)

La Malaisie adhère à la CPI: La Malaisie a officiellement rejoint la Cour pénale internationale (CPI) en ratifiant le Statut de Rome le lundi 4 mars 2019, a annoncé le ministre des ressources humaines du pays, M. Kula Segaran. La Malaisie est le 124e État à se joindre à la Cour depuis sa création en 2002. "En rejoignant la CPI, Kuala Lumpur peut désormais jouer un rôle important dans les questions liées aux crimes contre l'humanité ", a déclaré M. Segaran. Cette évolution a été signalée comme un coup de pouce à la CPI au cours d'une période où elle a fait l'objet de critiques à la suite d'acquittements très médiatisés, du retrait du Burundi et du retrait envisagé des Philippines.(Channel New Asia)

La juridiction spéciale pour la paix en Colombie ouvre l'affaire 007 sur l'enrôlement d'enfants soldats dans des groupes armés étatiques et non étatiques: Le 4 mars 2019, la Juridiction spéciale colombienne pour la paix (la " JEP ") a lancé une enquête sur le recrutement de 6 000 enfants par la guérilla des FARC. L'affaire 007 devrait faire la lumière sur l'utilisation présumée d'enfants de moins de 15 ans dans le travail de renseignement pour l'armée, puisque jusqu'à présent, seuls 10 fonctionnaires ont été condamnés pour ce crime. 6 230 mineurs environ ont été enrôlés entre 1971 et 2016, selon des groupes de droits humains actifs en Colombie. La juridiction estime que la majorité des crimes ont eu lieu entre 1998 et 2014. L'enquête ne vise pas seulement à enquêter sur l'utilisation de mineurs au combat, mais aussi sur "ceux qui ont accompli un devoir quelconque pour un groupe armé légal ou illégal, que ce soit comme cuisiniers, transporteurs, messagers ou pour des activités d'espionnage et de sabotage". L'enrôlement était répandu dans les territoires tenus par les FARC. Au-delà de l'utilisation d'enfants soldats, l'affaire portera également sur des crimes tels que la violence sexuelle et l'esclavage sexuel, y compris les avortements forcés. La JEP s'est également engagé à accorder une attention particulière au recrutement des enfants des populations autochtones, afro-colombiennes, roms et autres minorités. La JEP a officiellement débuté le 15 mars 2018 après que le gouvernement colombien et les FARC ont signé l'Accord de paix de novembre 2016. Son mandat est d'enquêter sur les violations graves du droit international humanitaire et les violations flagrantes des droits de l'homme, notamment les meurtres, les exécutions extrajudiciaires, les disparitions forcées et les violences sexuelles. La JEP est investie d'une compétence exclusive pour les crimes commis avant le 1er décembre 2016 dans le cadre du conflit armé entre le gouvernement et les groupes belligérants FARC et ELN. Les seuls FARC sont impliqués dans des crimes de guerre dans 60% des cas remis à cette juridiction.(Colombia Reports)

Des témoignages à la Commission de la vérité de Gambie allèguent l'implication de Yahya Jammeh dans la commission de crimes: Deux témoins devant la Commission vérité, réconciliation et réparation de la Gambie (la " GTRRC ") ont témoigné de l'implication de l'ancien président Yahya Jammeh dans les meurtres de soldats en novembre 1994 et d'un ministre des Finances en juin 1995. Au cours de la période considérée, M. Jammeh a été chef de l'armée. L'ancien chef d'état-major de M. Jammeh et lieutenant de l'armée, Demba Njie, a témoigné devant la Commission de la vérité au sujet de l'ordre donné directement par Jammeh de tuer les soldats impliqués dans la planification du coup du 11 novembre 1994. Le témoignage de M. Njie est révolutionnaire. Jusqu'à présent, les personnes impliquées dans les meurtres comprennent le vice-président du Conseil provisoire de gouvernement des forces armées (AFPRC), Sanna Sabally et d'autres hauts responsables militaires. La Commission de la vérité a déjà entendu le témoignage d'Alagie Kanyi, qui a confirmé que l'ordre de tuer venait de Yahya Jammeh. Au cours d'une procédure distincte, M. Kanyi a avoué certains des meurtres de soldats dans des casernes et a participé à l'exécution de l'ancien ministre des Finances du pays, Ousman Koro Ceesay. Le GTRRC a été créé en octobre 2018 pour juger les responsables des assassinats d'opposants sous le régime de Yahya Jammeh. Le processus devrait durer environ deux ans et le GTRRC a le pouvoir de recommander une indemnisation financière aux victimes. M. Jammeh est en exil en Guinée équatoriale. (JusticeInfo)

Décision de la Chambre préliminaire II de la CPI sur les principes applicables aux demandes de participation des victimes dans l'affaire Yekatom et Ngaïssona: La Chambre préliminaire II de la CPI a rendu une décision établissant les principes applicables aux demandes de participation des victimes dans l'affaire Yekatom et Ngaïssona concernant la situation en République centrafricaine. La Chambre a mis l'accent sur la nécessité de mener des activités de sensibilisation à l'intention de la population touchée dans les lieux mentionnés dans les mandats d'arrêt délivrés contre les accusés ainsi que contre ceux qui auraient pu fuir la RCA à la suite d'hostilités. Il a souligné qu'à cette fin, les activités de sensibilisation devraient être menées dans la langue de la communauté touchée et en tenant dûment compte de la situation sécuritaire dans le pays. Le Chambre a chargé les sections compétentes de la CPI de déposer un rapport confidentiel et ex-parte énumérant les mesures prises, les difficultés rencontrées et les recommandations dans les 10 jours suivant l'achèvement de la mission. La Chambre a également approuvé la proposition du registre d'utiliser une version électronique et une version en ligne des formulaires pour les particuliers et les organisations. Elle a également imposé des délais à trois groupes de victimes pour présenter des demandes aux parties. La Section de la participation des victimes et des réparations devrait communiquer le rapport concernant la représentation légale des victimes avant le 16 avril 2019, après consultation des demandeurs. Yekatom et Ngaïssona ont été jointes le 20 février 2019. La Chambre préliminaire a retenu le 18 juin 2019 comme date prévue pour l'audience de confirmation des charges contre l'accusé. (Décision de la Chambre préliminaire II de la CPI)

Sri Lanka cherche à reconsidérer ses promesses d'enquêter sur les atrocités présumées en temps de guerre: La Présidente sri-lankaise Maithripala Sirisena a demandé aux Nations Unies de reconsidérer une résolution adoptée en 2015 pour enquêter sur les atrocités commises pendant les 37 années de conflit, au cours desquelles les troupes gouvernementales ont tué quelque 40 000 Tamouls. Sirisena a coparrainé la résolution en 2015 et s'est engagée à faire en sorte que les responsables des atrocités commises en temps de guerre répondent de leurs actes. Le délai pour l'enquête, qui a déjà été prolongé de deux ans, expire ce mois-ci. Sirisena a déclaré mercredi à la presse qu'il demandait aux Nations unies de ne pas faire pression sur le Sri Lanka pour qu'il mène les enquêtes, car cela menacerait la paix et "rouvrirait de vieilles blessures". Bien que l'ONU ait déjà félicité le Sri Lanka pour la réforme constitutionnelle, la restitution des terres et les gestes symboliques en faveur de la réconciliation, elle a également averti que les mesures prises par Sirisena ont été insuffisantes. (France 24)

La cheffe des droits de l'homme de l'ONU affirme que l'inégalité sape la paix et la sécurité mondiales dans son premier discours annuel devant le Conseil des droits de l'homme: La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a souligné le rôle de l'inégalité dans l'atteinte aux droits humains dans son premier discours annuel devant le Conseil des droits de l'homme. Bachelet a noté que même dans les pays riches, l'inégalité dans l'accès à la richesse, aux ressources et à la justice mine l'égalité, la dignité et les droits de l'homme.  Son discours a abordé un large éventail de questions, notamment les migrations involontaires, les droits des personnes handicapées et des personnes atteintes d'albinisme, et les violations des droits de l'homme par la Chine, Israël, l'Arabie saoudite et les Philippines. Mme Bachelet a demandé à la Chine de permettre la tenue d'enquêtes sur les disparitions forcées et les abus, en particulier sur les musulmans ouïghours. Elle a également attiré l'attention sur l'impact négatif du blocus de 12 ans imposé par Israël sur l'économie, l'environnement et les droits sociaux de Gaza. Mme Bachelet a mis en garde contre le fait que l'inégalité " a le pouvoir d'éroder les trois piliers des Nations Unies : paix et sécurité, développement et droits de la personne ". (New York TimesRelief Web)

ICLMR auteurs de cet article incluent : Beatrice Tesconi, Jess Lacey, Margaux Lenormand, Shannon Raj Singh, Zuzana Drexlerova, Louise Dumas, Portia Karegeya, Catherine Dunmore, Alex Foster, Ari Bilotta, Michael Herz, Zoja Bajželj, Harriet Schiavone, Kate Gibson Boyd and Haydee Dijkstal. Les biographies des auteurs peuvent être trouvés ICI.

Sareta Ashraph